Bonnes pratiques #4 : préparation des machines

Vous êtes en train d’anticiper vos moissons et vous vous posez des questions? Vous vous interrogez sur la préparation de vos machines ?

Nous sommes allés pour vous à la rencontre de ceux qui en parlent le mieux : trois agriculteurs d’Eure-et-Loir (28). Découvrez dans cet article l’expertise de Xavier Chabannes, Didier et Vianney Peyret. Ils partagent avec vous leurs bonnes pratiques.

Préparation

La moisson est une étape décisive et à fort impact sur vos revenus. L’efficacité et la rapidité sont les maîtres mots de cette période. 

Par conséquent, avoir un pépin mécanique en cours de récolte est vraiment malvenu. Pour éviter que cela ne vous arrive et que votre moissonneuse batteuse ne fasse des siennes en pleine moisson, sa préparation et son entretien ne doivent pas être négligés. 

FarmViz : « Quand commencez-vous à préparer votre matériel ? »

Xavier Chabannes : « Je profite de l’hivernage pour faire réviser la moissonneuse batteuse par le concessionnaire, pour que ça soit prêt dès qu’on en a besoin. Sinon je vide et je nettoie les silos, puis les bennes. Quand tu stockes c’est beaucoup de préparation de stockage. »  

Pour en savoir plus sur le nettoyage et la préparation des silos, rendez-vous sur l’article :  Bonnes pratiques # 2 : nettoyage

Didier Peyret : « Il faut préparer sa moissonneuse le plus possible en amont de la récolte, plus elle est récente moins il y aura d’entretien à faire. »

FarmViz : « Comment préparez-vous votre moissonneuse batteuse ? »

Vianney Peyret : « Pour la préparation de la moissonneuse batteuse, on va principalement avoir l’entretien et la révision, c’est-à-dire le remplacement de pièces […] tout dépend de la politique de l’agriculteur, s’il souhaite être serein pendant la période de récolte, il va changer ses pièces les plus défectueuses. » 

Xavier Chabannes : « Je procède à un entretien classique et je suis les préconisations du concessionnaire local. »

Usure et ajustement

L’entretien et la révision passent par la vérification de l’état d’usure des pièces.  Lors de l’entretien de votre machine pensez également à vérifier l’état et l’ajustement des courroies et des chaînes. Par ailleurs, il est important de procéder à un graissage de ces dernières. Tout en prenant garde à appliquer la graisse sur chacune des pièces de roulement. De plus, pensez à vérifier l’état des pneumatiques de vos machines et de vos bennes. 

Nettoyage

Malgré le nettoyage minutieux que vous avez déjà effectué pour hiverner votre moissonneuse, vérifiez l’état des filtres et vérifiez que la poussière ne se soit pas accumulée dessus, sinon souffler-les ou changer-les le cas échéant. Prêtez une attention particulière au filtre à air extérieur du moteur. En effet, ce dernier ne doit pas présenter la moindre accumulation de poussières et être en état. 

Précautions d’usage

Pensez à vidanger le moteur car l’huile usagée réduit les performances et entraîne une surconsommation de carburant. Concernant le carburant, n’oubliez pas de vous réapprovisionner pour pouvoir tenir toute la période de moisson.

Réglages

Nous vous conseillons de prêter une attention particulière concernant les réglages. Pourquoi ? Car ils déterminent la qualité de votre récolte et de la conservation future de vos grains. Or ils sont souvent négligés. En effet, le temps n’est pas toujours pris pour ajuster les réglages en cours de journée alors qu’ils dépendent de nombreux paramètres. En effet, il est important de les ajuster en fonction des conditions de récolte, de la météo, de la paille, de l’humidité ou encore de la maturité et du type de grain. Par exemple, pour le blé dur connu pour sa fragilité, il faut privilégier un réglage doux pour ne pas endommager les grains. Autre exemple, plus les grains sont secs, plus ils risquent de casser lors de la récolte.

Par conséquent, le réglage est une étape primordiale. Il est nécessaire d’adapter les réglages au cours de la journée en fonction des variations climatiques ainsi que du niveau de propreté de la parcelle et du type et de l’état des grains récoltés. D’ailleurs, le réglage n’est pas négligé par les agriculteurs interrogés. 

Farmviz : « Comment réglez-vous votre moissonneuse batteuse ? »

Xavier Chabannes : « Je prends du temps pour cette étape avec la grille de pré-réglages, en tenant compte des conditions climatiques et de la parcelle. »

Limiter les impuretés

Un bon réglage passe avant tout par une diminution des pertes mais permet aussi de limiter les impuretés. Or ces dernières compliquent la conservation et la ventilation des grains stockés. En effet, les poussières et débris constituent à la fois un obstacle puisqu’elles empêchent l’air de circuler correctement entre les grains et un environnement propice aux insectes puisqu’elles leur permettent de se nourrir et de se développer.

D’ailleurs, nous souhaitions vous rappeler que les insectes qui ravagent les stocks de grains ne proviennent pas du champ. Leur présence résulte des conditions de stockages et de la qualité des grains stockés qui constituent ou non un environnement propice à leur prolifération. Si aujourd’hui il est encore possible de traiter les insectes de manière curative cela sera surement plus difficile demain. En effet, comme vous le savez la liste des traitements autorisés se réduit. D’ailleurs, l’interprofession céréalière souhaite « réduire de moitié la part des céréales pouvant contenir des résidus d’insecticides chimiques  » d’ici 2022. Par conséquent, il faudra davantage combattre les insectes par le biais de mesures préventives. C’est pourquoi il faudra dans les années à venir veiller à maximiser la qualité de la récolte afin de limiter au maximum les impuretés qui favorisent la pullulation d’insectes et réduisent l’efficacité de la ventilation. 

Pour y parvenir certaines manipulations sont conseillées. Entre autres, nous vous recommandons de démonter les plaques d’ébarbage lorsqu’elles ne sont pas nécessaires, afin de réduire l’agressivité du battage et ainsi limiter le nombre de grains cassés. Vous pouvez également jouer sur la ventilation et l’ouverture des grilles pour affiner et perfectionner votre récolte. 

Nous vous conseillons également de régler la vitesse du batteur et l’écartement batteur/contre-batteur. D’après les recommandations de la FNAMS et d’Arvalis-Institut du végétal, pour la récolte de blé dur, « la vitesse tangentielle optimale du batteur doit être de 20 m/s, ce qui correspond à 630 tours/min pour un batteur au diamètre de 60 cm, ou 850 tours/min pour un batteur au diamètre de 45 cm ». De plus, prenez garde à ne pas laisser un écart trop faible entre le batteur et le contre-batteur. Ainsi veillez à avoir : un écart de 10 à 12 mm à l’avant, un écart de 5 à 7 mm à l’arrière et un écart de 4 à 6 mm pour le batteur de type axial, lorsque vous récoltez du blé dur (source : Arvalis-Institut du végétal).

FarmViz : « Comment limitez-vous les impuretés ? »

Didier et Vianney Peyret : « Les impuretés dépendent de la maturité du blé. Il est possible de les diminuer avec un réglage de la machine, mais il y en aura toujours.” 

FarmViz : « Qu’est-ce qu’une bonne récolte pour vous ? »

Didier Peyret : « Quantité, qualité et prix. Aujourd’hui il ne faut pas oublier qu’il faut qu’on en vive. » 

Xavier Chabannes : « Pour moi une bonne récolte c’est avant tout moissonner avec de la qualité en conditions idéales, pour bien stocker par la suite. »

FarmViz : « Comment allez-vous gérer votre récolte cette année ? »

Vianney Peyret : « Comme chaque année le climat donne la force de frappe dans un rayon important. »

Pour conclure, une bonne récolte est le résultat d’une bonne préparation en amont ; d’un entretien de l’intérieur et de l’extérieur de la moissonneuse batteuse, d’un réglage optimal et surtout de conditions climatiques favorables.

Et vous ? Qu’elles sont vos #bonnes pratiques ? N’hésitez pas à partager avec nous vos conseils dans les  commentaires.

✉️ Abonnez-vous à notre newsletter et recevez des conseils et astuces en avant-première !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *